Si vous voulez résoudre le problème des hémorroïdes, vous devez suivre des remèdes visés à éliminer le dérangement et, dans le cas où ceux-ci ne suffisent pas, vous devriez vous préparer à l’idée d’une opération chirurgicale.

Toutefois, avant de recourir à une intervention chirurgicale, on peut essayer de résoudre le problème de façon naturelle; cela est bien surtout pour les personnes qui n’aiment pas prendre de médicaments.

En effet, un des problèmes des personnes prédisposées aux hémorroïdes est la prise prolongée de médicaments, pommades avec d’éléments chimiques, qui sont très utiles mais peuvent provoquer une addiction.

En outre, la prise de médicaments par voie orale peut endommager la muqueuse gastro-intestinale avec des problèmes conséquents de digestion, d’acidité pendant la nuit, constipation ; ces dérangements ne sont pas bons en cas d’hémorroïdes.

Il s’agit d’éviter le désordre intestinal qui peut contribuer à aggraver les hémorroïdes.

Au fait le médicament, en tant qu’élément chimique, souvent provoque la diarrhée ou bien la constipation, avec de la douleur conséquente.

La zone du rectum devient irritée et donc sensible au passage de fèces trop solides qui endommagent davantage le canal, mais aussi au passage des acides qui rongent la zone concernée.

Il ne faut pas sous-évaluer les remèdes naturels contre les hémorroïdes qui peuvent préserver la digestion et la réaction de l’intestin aux substances pharmacologiques. Certains remèdes sont aussi rapides et peuvent réduire et même résoudre des symptômes qui sont parfois handicapants dans la phase aigüe.

Les remèdes naturels concernent principalement notre alimentation, où il faut éviter totalement le piment qui est notre pire ennemi.

1) Fibres

Une alimentation riche en fibres est un bon remède naturel, donc au moins 5 portions de fruit et légumes par jour, si possible de saison. Vous aurez des bénéfices si vous en mangez soit cru que cuit. Vous aurez deux bénéfices principaux grâce à la fibre de fruits et légumes. Tout d’abord, vous allez ramollir les selles, en facilitant le passage dans le canal anal qui évitera d’autres blessures et saignements. En outre, la fonction intestinale sera normalisée et régularisée, en calmant ainsi l’inflammation et en éliminant la brulure. En particulier, vous devriez insérer dans votre alimentation les fruits de bois (groseille noir et rouge, myrtilles, mûres) même sous forme de jus. Les fruits de bois contiennent les flavonoïdes et la prostaglandine qui calment la douleur.

2) Camomille

La camomille est l’herbe avec une action palliative, rafraîchissante et antiinflammatoire, en donnant un vrai soulagement.
La camomille peut être utilisée soit pour des compresses que pour des lavandes. Il est suffisant de réchauffer l’eau jusqu’à ébullition et ajouter des fleurs naturelles de cette plante. Dans le cas où vous n’avez pas de fleurs, vous pouvez alors utiliser les sachets classiques. Laissez devenir tiède l’eau (n’attendez pas qu’elle soit froide) et procédez soit avec une lavande où tremper la partie concernée pour au moins 20 minutes, ou sinon, faites une compresse avec du coton. Cette pommade naturelle est très efficace et réduit la démangeaison et l’inflammation et n’a aucune contre-indication.

3) Feuilles d’hydrocotyle

Une autre plante très utile dans le traitement des hémorroïdes est l’hydrocotyle, dont on utilise les feuilles.
La centella asiatica est cicatrisante et stimule la production naturelle de collagène, donc elle répare les blessures naturellement. Elle stimule également la production d’une substance nommée fibronectine qui protège les vaisseaux sanguins, donc elle réduit le gonflement et améliore la circulation périphérique. La centella peut être prise par voie orale sous forme de comprimées. La seule contre-indication peut être l’allergie à la plante même; dans les autres cas, elle est très bien tolérée.

4) Marronnier et châtaignes

Le marronnier et les châtaignes, surtout celles sèches qu’on trouve aux supermarchés l’hiver, sont très efficaces contre les hémorroïdes. Ils augmentent la résistance des veines et des capillaires, qui donc se rompent moins facilement.
Le marronnier est indiqué dans le traitement des ulcères, donc il est un cicatrisant naturel. Il peut être administré soit par voie orale soit à travers des compresses. Les châtaignes ont plus ou moins les mêmes propriétés et en plus elles sont très appétissantes et agréables surtout pendant l’hiver.

5) Psyllium

Un des meilleurs remèdes naturels (les remèdes de grand-mère) est la plante du psyllium, qui est une plante médicinale très particulière car au contact de l’eau elle prend la consistance d’un gel qui une fois dans l’organisme ramollira les selles.
Ce gel est laxatif et palliatif pour la muqueuse gastrique donc aussi du dernier trait du côlon. Pour prendre du psyllium il faut en mettre deux cuillères dans un verre d’eau et laisser reposer pour une nuit.

Le médicament se prend le matin à jeun en une seule gorgée, et il faut boire beaucoup d’eau pendant la journée afin d’éviter la constipation.
L’action positive du psyllium facilite le passage des selles car elles sont plus molles; cela favorise l’évacuation de l’intestin et donc évite l’effort pendant la défécation, qui est une des causes principales soit de l’apparition des hémorroïdes soit de leur aggravation.

Pendant l’administration de ce traitement il faut boire au moins deux litres d’eau par jour car autrement le gel peut absorber l’eau présente dans l’intestin, dans l’estomac et dans le foie, en provoquant la constipation. Il ne faut pas boire de café ou de l’alcool pendant la consommation de cette plante. On trouve ce produit auprès des herboristeries.

6) Propolis

La propolis s’avère être une aide importante non seulement pour soigner le mal à la gorge mais aussi pour le traitement des hémorroïdes; elle présente en effet plusieurs propriétés utiles à ce fin.

La propolis stimule le système immunitaire et le rend plus fort contre les inflammations et les infections, telles que les hémorroïdes. C’est un antibiotique et un cicatrisant naturel, elle renforce les parois des vaisseaux sanguins et permet la réduction du gonflement des hémorroïdes.
De cette façon la propolis protège de la douleur, prévient l’anémie suite à des importantes pertes de sang et défend, en particulier pendant la phase aigüe, des bactéries et des mycoses; en effet elle a des propriétés antibactériennes et antimycotiques, ainsi que antivirales. Afin de voir ses effets, il faut en prendre pour au moins deux semaines ; la propolis étant un aliment totalement naturel, elle peut être administrée aux femmes enceintes en toute sécurité.
Effectivement, les femmes enceintes sont souvent prédisposées aux hémorroïdes et, étant donné qu’elles ne peuvent pas prendre de médicaments, la propolis est un traitement idéal. On peut en trouver soit en herboristerie soit dans les magasins.
Elle peut être administrée par voie orale et son gout prononcé peut être modéré par l’ajout d’un peu de sucre. Donc la nature nous donne des solutions sur un plateau d’argent, il suffit de les savoir saisir.